Nombre de visiteurs: 275413

Dernière mise à jour le 03 décembre 2006

 

Le Parti National Paysan Chrétien et Démocrate

 

 


Le Parti National Roumain s'est consolidé surtout au moment de l'incorporation de la Transylvanie à la Hongrie, après la constitution de la monarchie bicéphale austro-hongroise, pour exprimer politiquement la lutte nationale (1869). En 1881, il s'est "élargi" par l'union avec le Parti National Roumain du Banat et de Hongrie. Ses objectifs étaient : la lutte pour l'autonomie, le droit d'utiliser la langue roumaine dans l'administration et dans la justice, l'élargissement du droit de vote...
Le mouvement paysan a, lui, prit forme en 1895, à l'initiative de l'instituteur Constantin Dobrescu-Arges. Plusieurs tentatives locales de création d'organisations politiques paysannes ont existé, dont celle de l'instituteur Ion Mihalache (la Ligue paysanne de 1913) qui a mis les bases, en 1918, du Parti Paysan. Le Parti Paysan, devenu principal parti d'opposition, a ouvert ses rangs à 11 députés de Bessarabie (le groupe Halippa). En 1926 le Parti National et le Parti Paysan ont fusionné, conscients de la nécessité d'un parti fort, capable de proposer au pays une alternative (par rapport au Parti National Libéral). Les deux partis est représentaient les mêmes forces sociales, les mêmes idéaux politiques, dans des régions différentes, telles la Transylvanie, le Vieux-Royaume (soit la Valachie, la Petite Roumanie d'avant 1918) et la Bessarabie.
Le Parti National Paysan a été au pouvoir entre 1928-1931 et jusqu'en 1933. Le nouveau pouvoir communiste a dissout ce parti en 1947.
En 1989, le parti a repris son activité sous le nom de Parti National Paysan Chrétien et Démocrate, dirigé par Corneliu Coposu. Aux élections de 1990 ce parti a obtenu un seul siège au Sénat et 11 sièges à la Chambre des Députés. Aux élections de 1996, il est arrivé à nouveau au pouvoir comme membre d'une coalition, la Convention Démocrate Roumaine (30,7 % des votes exprimés). Suite aux élections de 2000 le PNTCD n'a plus été représenté au Parlement.